Le jardin botanique de Nancy

 

vue générale de la serreEtabli en 1758 par lettre patente de Stanislas Leszczynski, Duc de Lorraine et de Bar, le jardin botanique de Nancy a connu une histoire riche et mouvementée. Plusieurs fois déménagé, endommagé pendant la deuxième guerre mondiale, en perpétuelle mutation, il a su maintenir une richesse et un rayonnement bien au delà des frontières lorraines et même nationales. Parmi ses plus illustres admirateurs figurent Josephine de Bauharnais, qui fait don au jardin de plusieurs lots de plantes issus des collections impériales à la Malmaison; mais également Victor Lemoine, François-Felix Crousse et Emile Gallé. Aux heures de gloire de l’Ecole de Nancy, le jardin vient prendre tout naturellement sa place comme source d’inspiration et de repos dans un environnement urbain. La diversité mais aussi la qualité de ses collections sont désormais reconnues par le statut de Conservatoire botanique national, attribué par le ministère de l’Environnement en 1990. Moins connue est la collection de bégonias, dont la richesse est pourtant conséquente.

 

Riche de 272 taxa pour 198 espèces botaniques, la collection du jardin botanique héberge des espèces en provenance de l’ensemble de l’aire de répartition du genre Begonia, présentées selon un ordre alphabétique. Les conditions de culture sont celles d’une serre tempérée chaude (minimum de 18°C la nuit et maximum de 25 à 30°C le jour). L’arrosage est entièrement automatisé. Le substrat, classique, se compose de terreau de feuilles, d’écorce fine, de tourbe, de perlite et de sable; en proportions variables selon les espèces. Depuis 2008, c’est Emmanuel Chasselin qui est en charge de la gestion de la collection. La serre surprend par sa luxuriance. Selon leurs exigences, les plantes sont suspendues près du verre  en condition de forte luminosité, sur les tablettes pour les espèces plus sciaphiles et même en dessous : Begonia evansiana semble apprécier cette situation peu lumineuse mais libre de concurrence. Peu de problèmes phytosanitaires sont à déplorer, si ce n’est une prolifération de larves d’ornithorynques il y a quelques années, actuellement maitrisée. La mise en oeuvre d’une lutte biologique permet de limiter efficacement la présence de cochenilles et d’acariens. Au fil des années, la collection s’est enrichie par des contacts réguliers avec les jardins botaniques européens, mais également des collections d’amateurs. Récemment, des boutures ont été échangées avec le Havre, Rochefort, Lyon; plus anciennement avec Halle en Allemagne, Glasgow en Ecosse…

 

Begonia alnifolia Begonia salaziensis Begonia isoptera

 

Le genre Begonia est sans doute unique par la diversité de feuillages, de ports et de floraisons qu’il rassemble. La collection en donne un bon aperçu : B. staudtii Gilg., du Nigeria, enchante par ses fleurs d’un jaune entièrement saturé; en contraste saisissant avec son feuillage gaufré, d’un vert printanier. B. isoptera Dryander ex J.E. Smith, de Java, reste plus discret par sa couleur homogène vert gai, mais a une présence prequ’animale qui pourrait évoquer un antique saurien. Cette espèce est peu fréquente dans les collections. La texture des feuilles de B. olbia Kerchove du Brésil rappelle celle de tissus précieux; brocarts verts et noirs, contre lesquels s’affirme et contraste la blanche dentelle des fleurs. Mystère de la nature qui se copie elle même… les feuilles de B. philodendroides Ziesenhenne évoquent une aracée tropicale, tandis que celles de B. alnifolia A. D.C. ressemblent à celles de l’aulne. On voudrait les citer tous… mais arrêtons là notre liste, car l’énumération deviendrait vite fastidieuse ! Outre ses qualités esthétiques, la collection de bégonias s’inscrit en plein dans les objectifs du Jardin du Montet.

 

Informations pratiques :

Begonia staudtii var. dispersipilosaConservatoire et jardins botaniques de Nancy, 100 rue du jardin botanique, 54600 Villers-les-nancy.

03.83.41.47.47 / accueilcjbn@grand-nancy.org / www.cjbn.uhp-nancy.fr

Sauf exceptions, le jardin botanique est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h. Les serres sont ouvertes de 14h à 17h. Le samedi, le parc et les serres sont ouverts de 14h à 17h.

 

Tarif : 4€ uniquement pour les serres, le parc étant accessible gratuitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *